bandeau sSF

Depuis plus de 20 ans, Salut & Fraternité propose un regard libre-exaministe sur les grands thèmes chers au mouvement laïque.

Outre les questions de société traitées à travers le dossier et les cartes blanches, le trimestriel du Centre d’Action Laïque de la Province de Liège propose un compte-rendu des activités et des engagements de l’association et un coup de projecteur sur une initiative d’une association laïque de la région liégeoise.

Il est tiré en 6000 exemplaires et comporte 16 pages.

Bonne lecture et si vous le souhaitez, soutenez-nous ! 

sf89 vignette C’est une évidence?: la mort fait partie de la vie. Quand la laïcité se penche sur la question, c’est avant tout pour lui donner un sens?: la conscience d’une fin nous amène à réfléchir sérieusement sur le présent et ce, sans tabou.

Si elle est inévitable, la mort esout source d’enjeux pour les êtres humains que nous sommes. Ou plutôt l’absence de mort, la vie éternelle, qui a de tout temps fasciné l’Homme. Nombre de mythes et de légendes présentent ainsi des héros immortels ou des humains qui tentent d’accéder à ce statut. Les religions ne sont pas en reste?: la promesse d’une vie éternelle pour l’âme, une fois le corps disparu, est au centre de leurs réflexions, transformant souvent cette fin en un hypothétique commencement. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, la science elle-même nourrit ce fantasme?: les transhumanistes considèrent ainsi que les avancées biotechnologiques pourront, à terme, soigner l’inéluctable dépérissement du corps et de l’esprit.

Imaginons cependant, le temps d’un numéro de Salut & Fraternité, que la mort puisse être repoussée. Chacun viendrait-il au monde avec l’immortalité sur sa liste de naissance, ou serait-elle réservée à certains nantis capables de s’offrir les techniques de pointe développées à cet effet?? Quelles en seraient les conséquences sur la société et son organisation?? Est-elle au fond souhaitable??

Si cette éventualité relève encore de l’utopie, gardons à l’esprit que le mieux est encore de rire de la mort avant qu’elle se joue de nous?!

ico articleConsulter les articles de S&F 89 | ico article Voir la version E-book

sf88-vignetteL’égalité est une valeur chère aux laïques qui serait bonne pour tous et profiterait même aux plus riches. Pourtant, dans nos sociétés modernes occidentales, le fossé ne cesse de se creuser. Plus inquiétant, encore?: s’est installée une lassitude de la solidarité devant des promesses de meilleurs lendemains inassouvies. Les inégalités se renforcent. Pire?: elles se choisissent. Car si l’idée d’égalité séduit une partie de la population, les choix que posent les individus, très logiquement poussés par la préoccupation de vouloir le meilleur pour eux-mêmes et leur entourage, vont à l’encontre de ce bel idéal.

Par ailleurs, la crise frappe de plein fouet. La situation économique actuelle est loin d’être rose. La dette pèse de tout son poids dans les décisions qui sont prises aujourd’hui par les gouvernements régionaux et fédéral. Mais d’où vient cette dette et quels sont les mécanismes qui la renforcent??
Ainsi, la réponse proposée pour sortir de ce marasme est quasi unanime?: l’austérité. Les dépenses publiques y sont pointées du doigt pour expliquer que les caisses de l’état sont vides et ont besoin d’être assainies. Simple question d’arithmétique ou choix politique engagé, le débat est ouvert.

Quoi qu’il en soit, selon nos représentants, il n’y a pas d’alternative. Et pourtant, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer cette rigueur imposée et proposer d’autres solutions. Pour une société plus juste et plus fraternelle chère à la laïcité.

 

ico article Consulter les articles de S&F 88 | ico article Voir la version E-book

sf87-vignette« Les femmes gagnent 21 % de moins que les hommes ». Cette manchette d’un grand quotidien belge est sans nul doute percutante. L’article, qui date de mars dernier, précise toutefois que, hors temps partiel, ce chiffre tombe à 7 %. Et l’éditorialiste de se féliciter du rétrécissement de cet écart. Il n’y a pas de secret : une telle progression est bel et bien due au vote d’une loi en faveur des femmes.

En effet, dans tous les domaines où elles ont conquis des droits, il aura fallu une solide mobilisation pour faire pression sur les élus afin qu’ils modifient la législation : suffrage universel, contraception, droit à l’avortement, accession au compte en banque, etc. Et aujourd’hui, bon nombre de directives sont votées au niveau européen, pour s’imposer ensuite aux États membres. Un modus operandi qui mérite évidemment toute l’attention des citoyens : c’est en effet là qu’en matière d’égalité hommes-femmes et  de conquête des droits, beaucoup d’intérêts se jouent.

D’aucuns l’ont d’ailleurs bien compris. Ceux qui, sous couvert de discours pernicieux et d’arguments pseudo-progressistes, n’ont pour autres buts qu’un retour en arrière dans ces matières. « Pro-vie » autoproclamés, « anti-choix » avérés, ils sont les fers-de-lance d’un lobbying qui promeut des idées plus rétrogrades les unes que les autres, vestiges d’un autre temps. Plus effarant encore : certaines femmes de pouvoir, élues populistes européennes, utilisent leur féminité pour les promouvoir, légitimant par là-même un discours naturaliste qui, au fond, n’a jamais vraiment disparu des débats.

Nous le rappelions plus haut : ces droits sont le fruit de combats de longue haleine. À nous d’être vigilants pour ne pas les perdre !

 

ico article Consulter les articles de S&F 87 | ico article Voir la version E-book

sf86-vignetteL’art en tant que moyen d’expression est apparu très tôt dans l’histoire de l’Humanité. C’est notamment au travers de peintures rupestres que les premiers Hommes ont laissé une trace de leur existence. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le pouvoir s’y soit intéressé très tôt. Avec, comme dessein premier, de s’en servir comme support de communication.

Ce numéro de Salut & Fraternité envisage les relations qu’entretient l’art avec trois perspectives du pouvoir : politique, religieux et économique. Si le pouvoir politique a très vite compris le parti qu’il pouvait en tirer, les artistes n’ont pas manqué de critiquer ses représentants, parfois de manière bien virulente. La religion les a également instrumentalisés pour faire passer son message, souvent empreint de prosélytisme. Son iconographie a ainsi donné de fabuleuses œuvres d’art aujourd’hui préservées dans les musées. Enfin, il n’est pas rare d’entendre dire que l’art constitue une valeur refuge : un Monet a ainsi récemment été vendu à plus de 39 millions d’euros.

À côté des sommes faramineuses que génère un marché de l’art cadenassé par quelques entités, bon nombre d’artistes expriment, via de nouvelles formes, leurs points de vue sur la société dans laquelle ils vivent. Bien souvent, ils luttent pour créer mais sont cantonnés au statut précaire que leur réserve celle-ci.

Viscéralement attachée à une expression libre et multiple, la laïcité ne peut que les soutenir dans leur combat. L’art n’est-il en effet pas porteur de libre examen??

 

ico article Consulter les articles de S&F 86 | ico article Voir la version E-book

sf85

À l'automne prochain, l'exposition permanente Entre Galeries et Forges. Histoires d'une émancipation du Centre d'Action Laïque de la Province de Liège ouvrira ses portes à La Cité Miroir. Conçue sous la forme d'un voyage dans le temps, elle montrera que les actions collectives peuvent déboucher sur des victoires sociales, mais mettra aussi en lumière la mémoire des luttes ouvrières.

Les rapports de domination ont en effet toujours existé : ils sont l'œuvre d'une caste de riches aux stratégies affûtées pour asservir les masses laborieuses. Face à cette impudence, les citoyens possèdent un droit inaliénable, voire même un devoir de contestation. Car l'aliénation n'est pasirréversible : il suffit d'une étincelle pour que gronde la révolte qui mènera à la remise en cause des privilèges et à l'adoption d'une législation améliorant le droit et les conditions de vie des exploités.

Une manière de rappeler à la jeunesse que les conquêtes sociales sont le fruit de combats parfois longs et durs. Cette dernière n'hésite d'ailleurs pas à s'engager, utilisant ses propres moyens.

Il appartient en effet à chacun d'être vigilant pour que ces acquis sociaux ne soient pas détricotés. Et pour ce faire, il est essentiel de connaître le passé et de le mettre en regard du présent. Un lien que l'exposition permanente s'attellera à tisser.

ico article Consulter les articles de S&F 85 | ico article Voir la version E-book

soutien sf ad2f5

À propos

Ils nous soutiennent

     sponsors 01
sponsors 02
sponsors 03 
           sponsors 06
sponsors 07 
      sponsors 05
sponsors 04
sponsors 08

CAL2009 LOGODEFINITIF Glossy Web

33-35, Boulevard de la Sauvenière
4000 Liège
Tél: 04 232 70 40
Fax: 04 222 27 74
Email: info@calliege.be

Google+

S5 Box

Register

*
*
*
*
*
*

Fields marked with an asterisk (*) are required.